Mon Histoire

Trouver la paix

Je suis Alysée et voici comment je suis passée de la haine de mon corps à l’amour de mon être.

J’ai longtemps détesté mon corps

J’ai longtemps cru que je n’étais pas assez. Pas assez belle, pas assez drôle, pas assez gentille, pas assez mince, pas assez sportive, pas assez musclée. Cette recherche de la perfection qui m’a souvent accompagnée (j’étais cette petite fille qui pleurait quand elle avait une note en dessous de 16 parce que ce n’était toujours “pas assez”) devenait de plus en plus intense. J’avais ce besoin de prouver que j’étais géniale, la plus géniale, sur tous les plans. J’avais besoin de prouver ma valeur.

La recherche de cet idéal du corps et de ma vie dans sa globalité m’ont conduit à des troubles alimentaires. Pendant 7 années, j’ai expérimenté ce qui à ce jour est une de mes grandes souffrances. Souffrance du corps, du coeur, de l’âme.

Jusqu’à 25 ans, j’ai combattu. J’avais vraiment cette vision où je devais venir à bout de ces parties sombres de moi. J’avais même nommé mon cahier où parfois j’exprimais mes ressentis “Journal d’une combattante”. Je combattais les troubles alimentaires, et à travers eux : moi-même. Puis j’ai vu des psychiatres, psychologues, praticiens en thérapies brèves, hypnotiseurs, naturopathes, nutritionnistes, énergéticiens et j’en passe. Tous m’ont beaucoup apporté, pourtant j’avais encore peur de chaque repas, de faire mes courses, de montrer mon corps quand je le jugeait « trop. ». Durant 7 années, mon poids variait de -5kg, +5, -2, +15, +20 en fonction des années, en quelques mois. C’était les montagnes russes : sur mon corps et dans ma tête !

J’ai sombré dans la dépression. Je n’avais plus envie de rien, chaque journée était un calvaire où je me demandais pourquoi j’étais ici, dans cette vie, dans ce corps que je détestais. Je me disais que pourtant j’avais tout pour être bien, des proches qui m’aimaient, une vie sociale sympa, une formation de yoga pour faire le métier qui me faisait rêver. J’avais choisi tout ça et je construisais la vie que je voulais, de quoi pouvais-je me plaindre ?

Ah ah ah. J’avais juste oublié quelques petits détails : j’avais quitté mon premier amour après 5 ans de relation, j’avais perdu une personne proche de ma famille, j’avais quitté mon CDI pour me mettre à compte, j’étais au chômage, je vivais seule pour la première fois, j’avais commencé puis mis fin à une relation compliquée, j’avais blessé des personnes que j’aimais dans mes choix. Et tout ça en 8 mois. « J’avais tout pour être heureuse » qu’elle disait ! J’avais aussi beaucoup de choses à gérer, et je reniais toute cette souffrance. Du jour au lendemain je ne reconnaissais plus ma vie. Je ne savais plus qui j’étais et ce que je foutais dans tout ce bordel.

Ça a été le summum de mes troubles alimentaires. À ce moment, c’était ma seule solution. Pour avoir du répit, du réconfort, du lâcher prise. Pendant une crise alimentaire la seule chose à laquelle on pense c’est « Qu’est ce que je vais manger après ?? ». Et ça me faisait du bien. De lâcher. J’avais tellement d’émotions si intenses à gérer. Je ne savais pas comment faire. Personne ne m’a appris à gérer une émotion. Alors j’avais cette solution depuis des années. J’ai même fini par croire que ça faisait partie de moi.

Éveil et conscience

Ma rencontre avec le Yoga

Puis j’ai décidé de commencer ma formation de yoga, à 26 ans. J’avais deux objectifs : retrouver mon corps svelte et apprendre à m’accepter pour réduire les crises. Bien sûr je n’ai atteint aucun de ces deux objectifs ahah.

Quand je me suis ouverte au yoga, j’ai découvert l’équilibre, la paix intérieure – avec mon corps et mon esprit-, l’amour -de soi et des autres- et aussi l’acceptation. Et tout ça n’est que la partie émergée de l’iceberg. Je me suis enfin reconnectée à l’essentiel, à la conscience du moment présent. C’était si apaisant pour moi. Je sentais plein d’amour et de bienveillance.

Pourtant mes troubles alimentaires étaient toujours présents bien qu’ils s’estompaient. J’oscillais entre confiance et désespoir.

Puis j’ai compris que le yoga était une expérience de long terme, une évolution qui me suivra toute ma vie. Mais là j’avais besoin d’action, de concret, de rapidité. J’étais à bout.

Écoute et amour de soi

L’Alimentation Intuitive

À 27 ans, j’ai décidé de commencer l’Alimentation Intuitive (AI). Je sentais que j’étais toujours dans cette recherche d’un corps différent et que je n’arrivais pas à lâcher ça. Ce qui me faisait terriblement souffrir.

Ça a été une révélation. L’AI propose notamment de petits exercices concrets qui aident à prendre conscience de notre faim, de notre satiété, de nos émotions. J’ai appris à gérer celles-ci différemment. J’ai compris qu’il n’y avait pas de nourriture « bien » ou « mal », que ma faim variait chaque jour, mes envies aussi. J’ai appris à m’écouter et me satisfaire. C’était une nouvelle forme d’amour et de bienveillance.

Toute ces choses qui paraissent naturelles pour certains le devenaient enfin pour moi au fur et mesure que je déconstruisais la mentalité des « on doit être mince pour être en santé et bien dans sa peau » en laquelle j’avais longtemps cru.

Aujourd’hui

Faire ce qui a du sens pour moi a été la raison pour laquelle j’ai quitté mon travail dans le marketing/communication. Me servir de mon vécu pour donner l’aide que j’aurais aimé recevoir. Rien n’a plus de sens que ça pour moi aujourd’hui.

Transmettre

Aider les Autres

Je veux aider les personnes à se sentir bien et à s’aimer

En passant par une reconnexion à leur corps : apprendre à l’écouter, lui faire confiance, l’aimer.
Puis plus largement à leur être : ce qu’elles sont, ce qu’elles veulent être.

Mes prestations